uneaura4etoiles

l'éveil du féminin

Archive pour la catégorie ''

Le philosophe Fabrice Midal nous parle des fêtes de Noel sur Doctissimo

Posté : 13 décembre, 2013 @ 2:21 dans spiritualité | Pas de commentaires »

41sNbPsFDoL._SY445_A notre époque, les fêtes se résument souvent à une frénésie d’achat et à de petites angoisses face aux grandes retrouvailles près du sapin. Redonnez du sens à Noël et au Nouvel an, deux événements quasi indissociables, ne serait donc pas du luxe. Les pistes avec le docteur en philosophie Fabrice Midal.

Le philosophe Fabrice Midal nous parle des fêtes de Noel sur Doctissimo dans spiritualité

Illuminations de Noël, vitrines décorées et suppléments-cadeaux dans nos magazines… L’évidence s’impose : les fêtes sont bel et bien là. Mais qu’en est-il vraiment de l’esprit de fête, de la joie des retrouvailles en famille ? Entre trêve de Noël et opportunité d’un nouveau départ pour le Nouvel An, l’occasion de redonner du sens à ces événements indissociables est trop belle. A nous de la saisir !

Obligation de ralentir !

Sens fêtesC’est indéniable ! Nous vivons à une époque marquée par l’urgence. Un rythme qui semble même s’accélérer pour les fêtes. Résultat : « Chaque jour succède à un autre, sans laisser ni d’empreinte, ni de parfum particulier, tant tout va vite » déplore le philosophe Fabrice Midal. A cela s’ajoute une certaine banalisation commerciale d’événements qui devraient rester marquants. Toutefois, si le marketing et la consommation semblent s’être emparé des fêtes, libre à nous de ne pas nous laisser manipuler et de renverser la vapeur à notre avantage.

Bonne nouvelle ! Pour leur redonner à nouveau du sens, il va falloir s’arrêter un peu pour y réfléchir et se laisser inspirer plutôt qu’à courir, planifier et cocher nos listes de cadeaux. « Commencez par vous demander ce qui est important pour vous dans ces événements. Qu’est-ce que vous auriez envie de célébrer ? » questionne Fabrice Midal.

Catherine Maillard

Lire la suite : http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/bien_avec_les_autres/14045-redonner-sens-fetes.htm

Actus livre : Méditations sur l’amour bienveillant. Fabrice Midal. Audiolib

Donnez du sens aux fêtes de Noel avec Marie-Hélène Sourd

Posté : 13 décembre, 2013 @ 2:07 dans feminilune, spiritualité | Pas de commentaires »

 

unnamed-1Venez redécouvrir le sens profond de la fête de Noel avec Marie Hélène Sourd. Dans son atelier Je sème, je récolte, elle propose de renouer avec cette fête. Quoi fêter et comment pour mieux récolter. 

Ce rendez vous singulier au coeur de l’effervescence de la préparation des fêtes, va vous permettre de planter votre nouveauté,  la faire germer, la voir fleurir et récolter vos nouveaux fruits !

Méditations, explorations sensorielles, danse libre, créations et temps de partages rythmeront cet atelier hivernal

 C’est en cultivant notre jardin intérieur que l’on devient enfin le paysagiste de notre vie !

 Il peut particulièrement aider:

-       toute personne  qui  souhaite devenir plus présente à son corps et enrichir sa relation à l’autre.

-       toute personne en démarche de création (danse, écriture, musique, peinture…) qui souhaite affiner ses modes expressifs et nourrir ses élans créatifs .

-       toute personne en démarche d’accompagnement, d’enseignement, de soin à la personne… qui souhaite ouvrir et affiner ses ressentis au contact de l’autre.

En pratique . Dates : 18 décembre 2013,

Les autres ateliers du cycle « Je sème, je récolte »  : 22 janvier 2014, 12 février 2014, 19 mars 2014, 23 avril 2014, 21 mai 2014, 18 juin 2014, 2 juillet 2014, 3 septembre 2014.

 Lieu : 59 Boulevard Ménilmontant. 75011 Paris

Horaires : 20h

Participation : 50 € la soirée

 Contact : mh.sourd@gmail.com

 Plus d’infos http://mariehelenesourd.fr/

Conférences: Enjeux pour 2014 avec Nicole Laury, numérologue

Posté : 6 décembre, 2013 @ 4:17 dans spiritualité | Pas de commentaires »

22822247-un-grand-nombre-de-num-ros-sur-un-beau-fond-d-39-art 2014 se profile, avec cette immense promesse de mutation, d’évolution de conscience, de changement auquel nous aspirons tous. Pour oser ce changement quelques éclairages sont les bienvenus. Numérologue reconnu, Nicole Laury nous informe à la lumière des nombres des mystérieuses lois de l’univers. Le 8 janvier à l’univers d’Esther.

Plus d’infos : www.luniversdesther.com/Fr/html/4.AGENDA.php#20131231_Nicole-LAURY

 

Comment notre âme a choisit ses parents et sa famille par Sophie Guedj

Posté : 3 décembre, 2013 @ 9:20 dans feminilune, spiritualité | Pas de commentaires »

511FrINJ7uL._SY300_ Auteur du livre « vivre et transmettre les meilleur pendant sa grossesse » , Sophie Guedj Mettey, Hypnothérapeute, livre ses réflexions sur la naissance. Et plus précisément notre choix d’incarnation.

Plusieurs traditions spirituelles enseignent que l’âme de l’enfant  choisit ses parents.

Vous vous demandez peut être ce qu’il en est ou vous vous dites que si vous aviez pu choisir vos parents, vous n’auriez surement pas choisi les vôtres !

En fait, il ne s’agit généralement pas d’un choix raisonné, intellectuel comme lorsque l’on choisit quelque chose sur un catalogue mais d’une sorte d’attraction électro magnétique.

Le Docteur Christophe Massin, psychiatre et psychothérapeute, l’exprime ainsi dans son ouvrage « le bébé et l’amour » : « Une conscience non incarnée se sent invinciblement attirée par ce couple de parent, non sous leur forme physique, mais plutôt par l’énergie particulière qui se dégage de chacun d’eux, pour le meilleur et pour le pire »

Cette attraction se fait à partir des vibrations, des émanations émises par les futurs parents et les liens karmiques peuvent jouer un rôle important.

Ces liens karmiques nous amènent  à retrouver les êtres avec qui nous pouvons avoir des conflits à pacifier ou avec qui nous avons eu une forte relation d’amour pour continuer à nous accompagner, nous soutenir ou accomplir quelque chose ensemble.

L’âme est attirée par des parents dont elle sait qu’ils pourront stimuler l’expression de ses qualités et l’aider à exprimer ce qu’elle est venue vivre et accomplir.

Souvent, l’âme choisit une qualité qu’elle souhaite plus particulièrement venir exprimer et /ou stimuler chez ses parents et son entourage, par exemple la compassion, le lâcher prise, la tolérance, l’amour universel.

Chaque membre de notre famille est là pour nous aider à révéler, développer ou transcender un aspect de nous même.

Si un proche nous fait vivre l’abandon par exemple,peut être que nous avons besoin de développer notre autonomie.

Lorsqu’il y a conflit karmique, l’amour qui peut naturellement se développer au sein d’une famille notamment entre parents et enfants offre un terrain particulièrement favorable pour réparer et guérir ces relations.

 

Le but ultime de ces retrouvailles  d’âme est de nous ouvrir à l’amour sans aucune limitation, c’est-à-dire de nous aider à nous éveiller, nous s’entraider, nous respecter, nous aimer, sans attente, sans jugement, sans comparaison ni  manipulation.

 

Si tu veux changer le monde…

Posté : 2 décembre, 2013 @ 6:29 dans feminilune, spiritualité | Pas de commentaires »

402427_343802398970979_1522116569_n

 Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Choisis celui dont l’âme appelle véritablement la tienne, celui qui te voit, et qui est suffisamment courageux pour avoir peur. Accepte sa main et guide le doucement vers le sang de ton cœur, où il peut sentir ta chaleur autour de lui et s’y reposer, et brûler toutes ses lourdes charges dans tes flammes. Regarde le dans les yeux, regarde au plus profond de lui, et vois ce qui s’y trouve, endormi ou éveillé, ou timide ou impatient. Regarde le dans les yeux et vois ses pères et grand-pères et toutes les guerres et autres folies que leurs esprits ont combattues dans des contrées lointaines il y a longtemps. Regarde leurs souffrances et leurs luttes, leurs tourments et leur culpabilité; sans jugement. Et laisse cela partir. Ressens son fardeau ancestral, et comprends que ce qu’il recherche en toi c’est un refuge sûr. Laisse le se fondre dans ton regard stable, et sache que tu n’as pas besoin d’être le miroir de cette rage, parce que tu as un utérus, une porte douce et profonde qui soigne et purifie les vieilles blessures.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Assieds toi devant lui dans toute ta majesté de femme, dans le souffle de ta vulnérabilité,

Lire la suite : http://femmeswomen.wordpress.com/2013/11/24/si-tu-veux-changer-le-monde-aime-un-homme-if-you-want-to-change-the-world-love-a-man/

Pierre Rhabbi nous confie sa foi dans le féminin

Posté : 29 novembre, 2013 @ 8:19 dans feminilune, spiritualité | 2 commentaires »

images 

Agriculteur, écrivain et penseur d’origine algérienne, Pierre Rhabi défend un mode de vie plus respectueux de l’homme et de la nature. Fondateur de l’association Terre et Humanisme et du mouvement Colibris, il s’est livré dans un livre d’entretiens au journaliste Olivier le Naire. Il nous parle de la foi qu’il place dans le féminin… Extraits

Le féminin au coeur du changement

« La subordination du féminin à un monde masculin outrancier et violent demeure l’un des grands handicaps à l’évolution positive du genre humain. Les femmes sont enclines à protéger la vie, plus qu’à la détruire. Il nous faut rendre hommage aux femmes gardiennes de la vie, et écouter le féminin qui existe en chacun de nous »

« Mon amour de la terre, mon amour du féminin. J’ai un grand amour pour les féminin. Là où j’ai mesuré sa splendeur c’est au Shael. le courage ds femmes y est incroyable! Dans des conditions parfois proches de l’invivable, elles révèlent une puissance absolument inouie, quand les hommes parfois dépassés par la dureté de l’épreuve, se sauvent. Les femmes restent, parce qu’elles ne peuvent pas déposer leur enfant par terre et fuir. elles sont là combatives, faisant preuve d’un héroîsme extraordinaire. Là j’ai mesuré que le féminin est souvent plus puisant que le masculin, contrairement aux shémas que nous avons dans la tête. ces femmes se lèvent le matin de bonne heure, et bien qu’il y ait très peu à manger, elles sont debout, se battent et font des miracles. elles vont chercher l’eau, élèvent les enfant comme elles peuvent, font cuire le peu qu’elles ont. C’était un enchantement en m^me temps qu’un crève coeur de voir ce courage, cette endurance permanente. »

Lire : Pierre Rhabbi. Semeur d’espoirs. Entretiens. Olivier Le Naire. Ed Actes Sud.  

 

 

 

Le 5ème FESTIVAL des NOUVEAUX MONDES 2013 à Cassis 5 au 8 décembre

Posté : 27 novembre, 2013 @ 5:00 dans developpement personnel, spiritualité | Pas de commentaires »

 

affiche2013 A4 

Le 5ème FESTIVAL  des  NOUVEAUX  MONDES  2013

du 5 au 8 décembre 2013 à CASSIS

 

Pour sa 5ème édition, le festival de Cassis vous offre

-       Un GRAND CONCERT d’ouverture avec  le BAMBOO Orchestra de MARSEILLE et en première partie le SAM PERCUSSIONS de Cassis 

-       3 ATELIERS de connaissance, de transmutation et d’ancrage de soi (ELIMA, Dominique LUSSAN, Moine GOJO)

-       3 FILMS (« Au NOM de la TERRE » sur Pierre RHABI, « Les MOISSONS du FUTUR », « ROGER Mc GOWEN, condamné à mort 889 »), avec réalisateurs et invités

-       4 CONFERENCES débats (« Essence et transmutation » avec Dominique Lussan, « De la physique quantique à la spiritualité » avec le physicien Andreas Freund, « L’agriculture de demain » avec Marc Dufumier, ingénieur agronome et enseignant chercheur, et « Au nom de la Terre» avec sa réalisatrice Marie Dominique DHELSING et les fondateurs et participants de Colibris et Terre et humanisme….)

 

Tout le programme sur : www.associationlesnouveauxmondes.com

Contact Isabelle Duffaud 06 64 41 57 79

 

 

Conférence Paule Lebrun : Quete de vision, quête de sens. 27 novembre

Posté : 14 novembre, 2013 @ 1:16 dans spiritualité | Pas de commentaires »

images Paule Lebrun, auteur Québécoise et animatrice de Quêtes de vision en Arizona, présentera son livre : Quête de vision, quête de sens (Ed Vega), lors d’une conférence organisée par le  GRETT
La quête de vision, un rite ancien et à la fois résolument contemporain, répond à un besoin pressant de notre société qui ne sait plus comment marquer les passages dans le labyrinthe de la vie et a perdu contact avec la dimension spirituelle de la nature.  

 Une quête de vision (ou « Hamblechia » pour les Lakota Sioux) est un puissant rite de passage amérindien en nature sauvage, basé sur le fait de mourir et de renaître symboliquement. La cérémonie se déroule sur dix jours et consiste à partir seul dans un « lieu de pouvoir » (au cœur de la forêt, à la montagne, ou dans le désert) pendant quatre jours et quatre nuits, et à s’exposer aux forces de la nature sauvage en vue de recevoir des enseignements. Ce rite chamanique très ancien crée un contexte puissant de rencontre avec soi-même, et favorise l’ouverture à la dimension sacrée de l’existence.

  •  La quête de vision répond à notre soif d’émerveillement du monde, et d’initiation au grand mystère de la vie.
  • La quête de vision, comme immersion en nature sauvage, permet de comprendre les liens qui nous unissent à elle ; elle s’inscrit dans un mouvement dit de profonde écologie.
  • La quête de vision, en tant que rite de passage accessible à tous, permet de trouver des réponses individuelles et sociétales pour un monde en mutation.

Paule Lebrun, auteur Québécoise et animatrice de Quêtes de vision en Arizona, nous explique dans son ouvrage les fondements de cette pratique, les symboles qui y sont associés, les raisons de renouer avec cette quête à notre époque. Enseignements de sagesse amérindienne, expériences, témoignages, et conseils pour s’y préparer rythment cet ouvrage.

QueteDeVision[1]

Mercredi 27 Novembre 2013
à 20h
 au forum 104 à Paris 6 (métro St Placide).
Nouveau contact : Didier Simonot : didier.simonot@aliceadsl.fr

Durant cette soirée, explorant le rite de quête de vision, nous parlerons du besoin endémique d’initiation à une vie plus vaste. Nous regarderons aussi le manque de rites de passage dans notre culture et ses effets dévastateurs. Nous explorerons d’un même souffle le rôle de la pensée mythique qui a déserté notre société, ce qui fait de l’homme moderne un être tragique et isolé, coupé du cosmos, de la nature, des autres humains et de lui-même. La Quête de vision est une initiation qui suppose une reconnexion avec le langage métaphorique qui fait de nous des êtres humains. C’est une porte ouverte sur le mystère de la vie.

 

Livre : Isis l’Eternelle de Florence Quentin

Posté : 9 novembre, 2013 @ 1:44 dans feminilune, spiritualité | Pas de commentaires »

Livre : Isis l'Eternelle de Florence Quentin dans feminilune 9782226240224m-150x150

 Déesse égyptienne aux multiples métamorphoses, Isis, figure idéale de la femme salvatrice imprègne aujourd’hui encore l’inconscient collectif, pour nous éveiller au féminin et aux valeurs qui lui sont attachées. Florence Quentin, égyptologue, écrivain, nous en révèle les  visages pour que nous puissions re découvrir la modernité sans cesse renouvelée de son message. Extraits de son ouvrage. Isis l’Eternelle. Biographie d’un mythe féminin. (Ed. Albin Michel)

« Déesse aux mille visages, Isis, la grande Déesse préférée des pharaons se retrouve aussi sous les traits de Déméter ou d’Aphrodite à Alexandrie, puis à Rome et dans les provinces les plus éloignées de l’Empire romain, et sous ceux, à peine masqués, de nombre e vierges noires romanes de l’Occident chrétien. Immuable et multiple à la fois, on la voit réapparaître dans l’image de la femme qui détient « le grand feu de la vie » cher aux alchimistes et aux hermétistes du XVII ème siècle, dans les invocations du sarastro de la Flute enchantée, au coeur des rites égyptiens des loges maçonniques et dans certaines fêtes de la Révolution française, mais encore sur les armoiries de la ville de Paris, dans les multiples évocations de l’Isis voilée du Romantisme, dans l’une des Filles du feu de Nerval, tout autant que dans les fantasmes réincarnationnistes des ésotéristes du début du XXème siècle.

Adossé à des références historiques, archéologiques et littéraires, cet ouvrage ne prétend pas à l’exhaustivité : il assume une subjectivité délibérée, celle qui consite à dresser, à travers l’histoire, le portrait d’une déesse insaisissable et dont les visages superposés, sédimentés par le temps-et si profondément ancrés dans l’inconsient collectif – n’ont cessé et ne cessse de faire sens pour les femmes, mais aussi pour les hommes et pour un monde global » qui pressé par l’urgence à agir, est en train de s’éveiller au féminin et aux valeurs qui lui sont attachées -entre autres, le « care » (prendre soin des autres) ou encore l’écologie confrontée au « grand corps malade » de la Terre Mère.

Prise de conscience salutaire qui nous rappelle qu’en dépit d’un déni dangereux pour l’avenir du monde, nous appartenons à cette Isis-nature, célébrée et crainte à la fois par les philosophes et les poètes, tel l’un des plus grands romantiques allemans, cet Hôlderlin qui écrivait : « Ne faire qu’un avec toutes choses vivantes, retourner, par un oubli radieux de soi, dans le Tout de la Nature. »

Ode à Enk’Aï, la déesse Mère chez les Maasaï, par Xavier Peron

Posté : 9 novembre, 2013 @ 1:02 dans feminilune, spiritualité | Pas de commentaires »

Ode à Enk'Aï, la déesse Mère chez les Maasaï, par Xavier Peron dans feminilune 51b6msnbxil._sy445_-150x150 

Pour les Maasaï, Dieu est une Déesse-Mère. Ils l’appellent Enk’Aï. « Les Maasaï m’ont appris à vivre au Féminin », par Xavier Péron qui vient de publier : « Les neuf leçons du guerrier maasaï » aux éditions Jouvence (2013)

 Pour les Maasaï, il faut être prêt à se débarrasser de ses peurs au masculin ou au féminin si l’on prétend vouloir se transformer et savoir qui l’on est réellement. Il faut être prêt à se débarrasser de ce que nous craignons le plus, à savoir nous-même, car incomplet,  pour redécouvrir la force du divin en nous (= Féminin sacré) et le laisser agir.

Au lieu de passer mon temps à bâtir un univers extérieur pour me fuir et m’empêcher d’être durablement en paix avec moi-même, les Maasaï m’ont appris à vivre debout avec la sensibilité de mon Etre constamment dans le mouvement, en devenir (reflet de la Création) et jamais limité par des murs définitifs, et la reconnaître comme seule capable de développer mon Humanité.

Ils m’ont appris à épouser le Féminin Sacré qui est la vibration « cosmique » et « terrestre » la plus élevée qui soit. Dans la culture maasaï, l’homme et la femme pris séparément sont incomplets. Chacun ne parvient à l’unité et à la transcendance qu’en s’abreuvant en effet à cette troisième catégorie : « le Féminin Sacré », qualité centrale de la Vie où tout n’est qu’Un ! Une chose tout à fait concrète en fait. Pour les Maasaï, Dieu est une Déesse-Mère. Ils l’appellent Enk’Aï, qui, comme par un fait exprès est aussi le Féminin Sacré !!!!

Plusieurs fois par jour, ils m’ont appris à me connecter à Elle en opérant « aingoru enkitoo » (« L’écoute du Bon Ordre »), pratique courante de la plus haute importance chez ce peuple premier emblématique d’Afrique. C’est très facile de s’y adonner, ce n’est qu’une question de « Foi ». Je fais le vide en moi, j’oublie consciemment mes pensées, mes émotions, mes jugements, causes de mon mal-être, et je les entraîne vers mon cœur pour qu’ils se transforment en une vive énergie (que je visualise). Alors, je ressens Enk’Aï au plus profond de mon Etre qui soudain trouve une solution pour moi, qui agit à ma place sans effet de force, avec une grande douceur, comme une caresse. J’apprends à observer en silence (très important), à vivre dans l’Ici et Maintenant, je visualise au-dessus de mon crâne un cordon ombilical (osotwa) qui me relie à Elle et je reçois sa plénitude « à gros bouillons ».

Enk’Aï seule colore tout ce qui Est jusque dans le moindre détail. Elle seule est le Réel qui est éternel ! Mais également mouvant et se vivant dans le partage. Vous apprendrez à trouver le « Bon Ordre » non pas dans les dogmes ni dans un horizon religieux vague et distant, mais dans la qualité de l’instant coloré par la Déesse-Mère, le Grand-Tout, une Déesse bien vivante et non un concept philosophique. La Réalité seule est féconde. Il suffit d’en adopter la couleur pour colorer sa vie et la rendre efficace.

Et vous recevrez d’autant plus, mes cher(e)s ami(e)s, que vous aurez su prendre en compte à quel point la Réalité est éminemment fragile, combien il faut en prendre soin. Pour les Maasaï, plus elle est fragile, plus elle atteint à la « sainteté » (le contraire du chaos). En particulier, certaines périodes, certains âges tels que la vie d’une femme, la vie d’une maman, la vie d’un nourrisson (ou d’un grand-parent), ou encore les temps de transition où l’on a quitté l’ancien sans être encore entré dans le nouveau, sont intouchables, inviolables, sacrés au plus haut point parce que fragiles, sensibles et pleins de tendresse. Parce que c’est là que la Réalité est le plus Elle-même. Ce faisant, vous permettrez au Féminin Sacré, à Enk’Aï qui est le Féminin par excellence, de triompher. Alors « pee memodayu », « pour ne pas paraître bête », adoptez sans plus attendre  le Féminin sacré qui est en vous ! Ashe naleng, merci beaucoup.

1...34567...13
 

INTERVIEWS DE STARS |
piafabec |
Kasskou le petit krill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fanatique d'esprit
| Scravic
| New EVENING Newcastle CHRON...